Information sur le jeu

Type : pc

Categorie : mmorpg

Version : Française

Editeur : Aeria Games

Développeur : X-Legend Entertainment

Config minimum :Système d’exploitation : Windows XP SP3 / Vista / 7 / 8 / 10 | Processeur : Intel Pentium4 2,8 GHz, AMD K8 2600+ ou équivalent | Carte graphique : NVIDIA GeForce 8400 ou AMD Radeon X1600 ou équivalent | Mémoire vive : 2 Go | Espace disque : 6 Go disponible

Config conseillée :Système d’exploitation : Windows XP SP3 / Vista / 7 / 8 / 10 | Processeur : Intel Core2 Duo 2,66 GHz, AMD Athlon 64 X2 6000+ ou supérieur | Carte graphique : NVIDIA GeForce 9500 ou AMD Radeon HD4570 minimum | Mémoire vive : 4 Go | Espace disque : 6 Go disponible

Partager ce test

Retour à la liste des tests  

> lecture test

Posté, le 25 août 2016 à 12:15

Test du jeu free-to-play : Twin Saga

Après une période de disette en matière de MMORPG, X-Legend (maître incontesté du MMORPG au style kawai) nous revient avec la ferme intention de conquérir le cœur des joueurs avec leur dernière réalisation en date baptisée Twin Saga, autrefois connu sous le nom d’Astral Realm. Après Eden Eternal, Aura Kingdom et plus récemment Dragomon Hunter, le studio a décidé de reprendre leur recette traditionnelle tout en modifiant certains concepts qui, comme vous allez le constater à travers ce test, nous ont laissé des rêves pleins la tête. Bien que sa conception demeure très classique, ce free-to-play arrive à séduire grâce à un univers très coloré, une progression peu atypique mais toujours aussi addictive ou encore un système de housing qui ravira principalement les plus jeunes joueurs. Qu’on se le dise bien, si Twin Saga est un jeu tout public, sa facilité d’accès ne conviendra pas forcément à un public mature ou aux amateurs de difficulté. Il faut de tout pour composer un monde, me direz-vous, et c’est donc avec cet esprit enfantin que nous avons posé les mains sur cet opus. Et après plusieurs heures de jeu, difficile de rester insensible à ses charmes. Reste à savoir maintenant si les éditeurs feront un effort concernant le modèle économique, la principale faiblesse des MMORPG coréens. Et quand on connaît le passé d’Eden Eternal, on est tout de même en droit de se poser la question.

« Pour être franc, nous n’avions pas entendu parler de Twin Saga jusqu’à très récemment. Et quelle surprise ! Sans être fraichement novateur, l’ensemble est dynamique, beau et complet ! Tout ce que l’on est en droit d’attendre d’un MMORPG, en somme ! »

Quand des jumelles se disputent…

A l’inverse de la majorité des MMORPG free-to-play, Twin Saga ne fait pas impasse sur son scénario. S’il n’est pas forcément le plus original, il est toutefois bien retranscrit au fil de l’aventure, appuyé par de nombreuses cinématiques aux situations parfois grotesques, quoiqu’en accord avec l’esprit kawai. Nous apprenons que le dieu du monde a créé Aetherion, une terre propice à la magie dirigée par le Calendrier de la création. Ce dieu fit appel au pouvoir de la Balance Céleste pour engendrer deux sœurs jumelles : Marisa et Amaris. Ces dernières auraient pour rôle d’orienter le monde selon le fameux calendrier. Lorsque celui-ci atteignit sa dernière page, le monde avait besoin d’une nouvelle histoire à suivre. Malheureusement, les deux déesses voyaient l’avenir d’Aetherion différemment : le débat se transforma rapidement en conflit apocalyptique, provoquant un déséquilibre de la Balance Céleste et, par la même occasion, de toute la magie du monde. Alors que la douce Marisa n’arriva pas à contrecarrer les plans de son adversaire, elle utilisa ses dernières ressources pour libérer les Senshis, de braves soldats conçus pour défendre la paix. Vidée de toute énergie, Marisa ne tarda pas à se retrouver des kilomètres plus bas, au cœur du monde des mortels. Et devinez qui va tomber sur son chemin pour l’aider à protéger le monde de la destruction et de la soif de pouvoir d’Amaris ? Nous, bien entendu ! Mais avant de s’interroger sur notre destin, encore faut-il créer son personnage.

         

         

Neuf classes de personnage… Pas mal !

Relativement classique, la conception de l’avatar ne devrait pas vous prendre plus de cinq minutes. Nous commençons par sélectionner une classe, parmi le Maître-Lame, le Mage et le Mercenaire (ce dernier utilisant des armes à feu pour combattre). « Attendez, seulement trois classes, c’est une plaisanterie ? » Au départ, nous n’avons effectivement accès qu’à trois classes, mais ce chiffre va rapidement croître au fur et à mesure de votre progression. Au final, ce seront six classes supplémentaires qui viendront s’ajouter : le Clerc, le Paladin, le Traqueur, le Rôdeur, le Berserker, l’Occuliste et le Chevalier Dragon. Sans être trop original, Twin Saga est suffisamment complet sur cet aspect pour que chaque joueur découvre les spécificités des différentes classes. Car comme la mode actuelle l’exige, vous ne serez pas enfermé dans une classe. Il sera dès lors possible de switcher d’une classe à une autre à tout moment par un simple clic. La création du personnage se termine à travers l’éditeur visuel. Rien de bien folichon, le système nous propose une dizaine de visages et de coiffures, quatre couleurs de peau suivi par des dizaines de couleurs pour la coiffure et les yeux. Au final, les possibilités ne sont pas plus étoffées qu’un Aion par exemple, mais style kawai oblige, votre personnage aura tout d’un mignon héros prêt à en découdre.

information         Information : Plutôt anecdotique, il existe différentes voix à associer à son personnage, aussi bien en anglais qu’en japonais. Intention louable, nous recommandons toutefois le japonais pour son meilleur traitement, engendrant un gain d’immersion.

Du combat sous neuf versions, comment se lasser ?

Après une courte cinématique, nous amarrons sur une petite île qui va vite devenir un champ de bataille entre les déesses. Faisant office de tutoriel, cette première partie du jeu va servir à vous familiariser avec tous les éléments clés de ce MMORPG à télécharger gratuitement, à commencer par le système de quêtes. Comme indiqué précédemment, le scénario a plutôt une part importante dans la progression de Twin Saga, mais force est de constater que la majorité des quêtes repose sur un concept traditionnel se résumant par d’incessants aller-retours couplés à du Monster Bashing. En tant que MMORPG Coréen, il est évident que tuer des monstres à la chaîne fera partie de votre activité quotidienne. Heureusement pour nous, les combats sont loin d’être déplaisants. A mi-chemin entre un Wildstar et un Aion, les combats se basent sur un système de combo plutôt séduisant, sachant qu’il faudra souvent faire appel aux compétences pour se sortir des situations délicates. La bonne surprise se situe justement au niveau des capacités : avec de superbes animations, leur richesse apportent une excellente profondeur au gameplay. Les coups ultimes, lesquels se déclenchent lorsque l’adversaire est en fin de vie, ajoute un côté épique à l’ensemble. Comme il est possible de changer de classe à tout moment, on peut donc passer d’un style de jeu à un autre, brisant par la même occasion le côté répétitif. Alors certes, si la spécialisation devient dès lors fragilisée, nous verrons qu’il y a tout de même suffisamment d’aspects pour différencier son personnage des autres joueurs.

         

Une progression efficace et prenante

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les niveaux s’enchainent relativement vite, témoignant le côté « tout public » de ce MMORPG free-to-play. Toutefois, la progression est plus complexe qu’elle n’y paraît, reposant sur deux barres d’expérience : si l’une est associée au niveau du personnage, l’autre sera bien entendu reliée à la classe. Le niveau du personnage permet d’améliorer les caractéristiques générales, d’accéder à de nouvelles zones ou de lever les limitations relatives aux équipements. Le niveau de classe représente quant à lui votre progression vis-à-vis de la classe. Autrement, chaque classe aura son propre niveau de jeu : vous êtes totalement libre d’augmenter une seule et unique classe, ou bien les faire évoluer simultanément. Gagner un niveau de classe octroie sans surprise l’obtention de points de compétences, à répartir dans l’arbre correspondant. Sans être gigantesques, les arbres de talents demeurent bien construits où il sera possible de s’orienter vers des voies précises. Par exemple, dans le cas du Maître-Lame, vous pourrez vous concentrer sur la force pure, à moins d’apprendre des compétences actives et passives orientées vers la défense et l’esquive. Les compétences étant elles-mêmes évolutives (c’est-à-dire qu’elles deviennent plus puissantes en plus d’acquérir de nouveaux effets), le soft offre ainsi une grande liberté quant aux choix effectués, ce qui n’est pas pour nous déplaire. C’est aussi par le niveau de classe qu’on débloque les autres classes. Notre seule déception se situe dans l’impossibilité de distribuer soi-même les points de caractéristiques. Cette absence est bien sûr justifiée pour empêcher les joueurs de « rater » leur personnage, mais il aurait quand même été appréciable de créer des builds originaux, sachant que certaines classes se révèlent plus polyvalentes que d’autres.

Twin Saga affiche un large choix d’amélioration, dont l’inclusion des Senshis, ces chevaliers aguerris toujours prêt à vous aider

Le changement de classe se déroulant en un seul clic, votre équipement sera inchangé ; seule l’arme va s’adapter automatiquement. Cependant, cette fonctionnalité choisie par les développeurs est à notre sens à double tranchant… En effet, l’absence d’équipements spécifiques aux classes engendre bien sûr un affaiblissement dans la distinction des joueurs, et ce malgré les diverses manières d’amélioration. A ce propos, trois grands moyens vous permettront d’améliorer votre avatar, outre le système de compétences. Tout d’abord, les équipements peuvent être améliorés en les fusionnant, se traduisant par une augmentation de ses caractéristiques. Egalement, il est possible de leur associer un large éventail de parchemins d’évolution selon les emplacements disponibles. Leur finalité est là encore d’améliorer les statistiques de l’équipement en question. Enfin, nous avons une dernière fonctionnalité baptisée les Pierrétoiles. Derrière ce terme atypique se cache simplement un système d’orbes à équiper qui augmente certains aspects de votre personnage. Les Pierrétoiles se révèlent être en grand nombre et peuvent elles-mêmes être améliorées au sein de l’artisanat.

Bien qu’importants, ces moyens d’amélioration ne nous ont pas franchement marqué, à l’inverse des Senshis. Comparables aux familiers, ces guerriers nous aideront dans les différentes tâches qui nous incombent, et plus particulièrement dans les affrontements. Le fait est que chaque Senshi dispose de son propre style de jeu, ce qui permet de réaliser de vastes combinaisons avec les classes de personnage. Et comme il est possible de changer de classe à tout moment, nous pourrons être accompagné simultanément jusqu’à trois Senshis (un seul est actif, bien entendu). Tout comme les classes, nous pourrons switcher d’un Senshi à un autre par un simple clic, et pourront être améliorés (certes pas en détails comme notre personnage, mais suffisamment pour prendre du plaisir à les voir progresser). Bref, si les Senshis représentent un concept pas franchement novateur du MMORPG gratuit, il n’en demeure pas moins complet et bienvenu.

         

Connaissez-vous le Château Ambulant, ce chef-d’œuvre de Miyazaki ?

Si vous êtes friand de l’univers de Miyazaki, sachez qu’un gros clin d’œil lui a été fait dans Twin Saga ! Afin de parcourir et explorer le continent de Méridia (l’univers des mortels d’Aetherion), vous aurez accès à un moyen de transport peu commun, le Manoir Ambulant, référence plus qu’évidente au « Château Ambulant » de notre cher Miyazaki ! Maison entièrement personnalisable, elle présente un rôle clé en matière d’artisanat : entre la culture, le craft et la réunion entre amis, le Manoir Ambulant est à lui tout seul une fonctionnalité de premier choix. Décomposée en plusieurs pièces, l’entrée du Manoir se traduit par un hall que l’on pourra customiser en détails (meubles et tapis peuvent être confectionnés dans un atelier, à moins de les acheter auprès des PNJ ou des joueurs). Si les possibilités ne sont pas aussi poussées qu’un Wildstar par exemple, il y a suffisamment de quoi faire pour passer d’agréables moments, à l’instar d’un Animal Crossing. On distingue également une pièce nommée l’Atelier dont l’objectif est de fabriquer et concevoir un large panel d’objets, que ce soit une tenue à la mode, une pièce d’équipement, un meuble, ou encore des potions et des fragments de Pierrétoiles. La dernière pièce du Manoir est la Serre, un lieu dans lequel vous pourrez élaborer votre propre jardin et faire pousser des plantes qui serviront pour les autres métiers ! Bref, l’ensemble nous a franchement convaincu et devrait satisfaire les amateurs de personnalisation.

Un contenu assez timide pour l’heure

Etant sorti depuis peu dans nos contrées, Twin Saga dispose d’un contenu haut niveau assez timide pour le moment. En revanche, selon les dires du Game Master Alkyon, celui-ci devrait rapidement s’étendre durant les prochains mois, avec l’ajout de nouveaux donjons et de divers évènements. Pour l’heure, il faudra se contenter de plusieurs donjons à la difficulté bien corsée. En effet, si Twin Saga mise l’aventure sur le jeu en solo, les donjons s’avèrent beaucoup plus complexes de par la puissance des monstres. Dès lors, une grande prudence vous sera demandée, bien qu’il soit possible d’accomplir chaque zone avec d’autres joueurs. Par ailleurs, on retrouve le système de guildes, qui pour le coup pompe dans le classique du genre. Entre l’entraide et la compétition, les guildes devront généralement se battre pour le contrôle de zones, à moins de batailler ferme pour récupérer des ressources permettant à Marisa de récupérer son pouvoir, et ainsi enfermer Amaris à tout jamais.

         

         

information         Information : Comme toute réalisation à peine sorti, Twin Saga va étendre son contenu au fur et à mesure. D’ailleurs, il semble bien parti pour connaître prochainement une extension, car trois nouvelles classes sont en préparation, tout comme des zones de jeu supplémentaires.

« Mais que tu es beau ! »

Si le contenu haut niveau s’avère pour l’heure un peu fébrile, l’ensemble n’en reste pas moins complet et prenant. Et parmi elles, on peut citer les voyages à travers Méridia. Accompagné d’une monture (outre le Château Ambulant), il sera également possible d’utiliser un delta-plane servant à apprécier les différents environnements du monde depuis les airs. Effectivement, l’équipe artistique a fait un travail titanesque où chaque recoin regorge de détails. Si certaines textures laissent parfois à désirer compte-tenu de ce qui se fait aujourd’hui, on reste perplexe quant à certains panoramas. Evidemment, le style cartoon ne plaira pas à tout le monde, mais il est impossible d’affirmer que Twin Saga est laid. Beaucoup de joueurs comparent  – à juste titre – ce MMORPG gratuit à Aura Kingdom. Il faut dire que la modélisation des personnages, l’univers et même les animations rappellent ce très bon épisode du même développeur. Sachant que ce monde vaste varie en fonction des jours et des saisons, arpenter les contrées de ce soft a quelque chose de particulièrement délectable. Dans un autre registre, la traduction française a été traitée avec le plus grand soin, en plus d’être adaptée aux plus jeunes joueurs. Pour clore ce test, nous devons indiquer quelques mots sur le modèle économique. Pour l’heure, difficile de juger la boutique premium, puisqu’elle renferme uniquement des boosts d’expérience et divers cosmétiques. Si on peut s’attendre à des objets exclusifs, nous sommes toutefois rassurés de constater qu’ils pourront être achetés directement avec la monnaie du jeu. Bref, Twin Saga est bien parti pour faire parler de lui dans les mois qui viennent !

information         Information : Toute comme les graphismes, la bande sonore a bénéficié d’un traitement de qualité. Sans être un must-have dans sa bibliothèque musicale, les thèmes enchanteurs collent parfaitement avec cet univers magique, rappelant à certains égards ceux de Ragnarök Online.

Notre mot aux développeurs : « Du bon boulot ! Nous avons pris beaucoup de plaisir à jouer à Twin Saga. Si vous continuez à mettre à jour le contenu du jeu (notamment à haut niveau) sans incorporer d’éléments susceptibles de déséquilibrer les joueurs dans la boutique, Twin Saga aura tout d’un MMORPG mémorable ! »


Twin Saga

L'avis de Asternosis

Rédacteur

août 25, 2016, 12:15 après-midi

Pas particulièrement attendu, Twin Saga nous a surpris sur bien des aspects. Les MMORPG à télécharger gratuitement et au style kawai étant moins courants de nos jours, c’est avec un cœur enfantin que nous avons découvert ce titre. Avec une histoire profonde et mise en scène par de nombreuses cinématiques, il est rare de voir un free-to-play s’investir autant dans la trame scénaristique. Sans être parfaite et exaltante, le pari demeure tout de même réussi, surtout que l’univers dans lequel nous évoluons est charmeur, basé sur des graphismes mignons et colorés. Egalement, Twin Saga nous a impressionnés sur son contenu. Si la partie haut niveau ne demande qu’à s’étendre, les classes (à incarner avec un seul personnage) et la liberté de progression permettent d’éviter toute lassitude. Car l’une des bêtes noires du genre est la répétitivité, chose que Twin Saga arrive à éviter. Il faut dire que les combats dynamiques, principales occupations de ce jeu, demeurent d’excellente facture, et ce grâce aux moultes animations et compétences. Les Senshis et le Manoir Ambulant sont deux fonctionnalités que l’on pourrait qualifier « d’indispensables », d’autant plus qu’ils représentent deux activités supplémentaires brisant la routine du MMORPG. Enfin, le modèle économique évite pour l’heure de tomber dans le piège du pay-to-win, reste à voir ce que l’avenir sera fait. A essayer dans les plus brefs délais !

  • Neuf classes de personnage à incarner
  • La liberté de progression offerte aux joueurs
  • Un scénario moins en retrait
  • Des affrontements particulièrement dynamiques
  • Les Senshis, fidèles compagnons d’aventure
  • Le Manoir Ambulant
  • La direction artistique franchement réussie
  • Le modèle économique équilibré pour le moment
  • Les quêtes pas franchement originales
  • Une personnalisation visuelle plutôt timide
  • Un contenu haut niveau fébrile pour l’heure

Commentaires

comments powered by Disqus