Information sur le jeu

Type : pc

Categorie : jeu de cartes

Version : Française

Editeur : Gameforge

Développeur : Cryptozoic

Config minimum :Système d'exploitation : Windows® XP/Windows® Vista/Windows® 7/Windows® 8 avec le dernier service pack Mémoire : 2 GO Internet : Connexion haut-débit Espace disque : 2 GO disponibles Processeur : Intel Core i3-2120 3.30GHz Périphérique : clavier et souris DirectX : 9.0c

Partager ce test

Retour à la liste des tests  

> lecture test

Posté, le 19 avril 2015 à 18:03

Test du jeu free-to-play : Hex : Shards of Fate

Hex : Shards of Fate (aussi connu sous le nom de Hex TCG) est un jeu de cartes à collectionner en ligne, qui connaît un vif succès. Il faut dire qu’avec plus de deux millions de dollars récoltés sur la plateforme Kickstarter, Cryptozoic (le studio de développement) avait vraiment de quoi proposer un titre des plus complets. D’ailleurs, l’équipe de développement n’en est pas à son premier essai, dans le sens où elle avait l’habitude de nous présenter divers jeux de plateau, d’autant plus que Cory Jones (le fondateur) a œuvré dans divers projets de Blizzard Entertainment. Le résultat est donc évident : Hex TCG mélange adroitement le jeu de cartes à collectionner et le MMO. Après plusieurs mois de développement, Gameforge se charge de l’éditer en Europe, et le voilà fraichement débarquer dans nos contrées. Il est annoncé que cet opus pourrait devenir un incontournable du free-to-play, et se classerait à un même niveau que le renommé League of Legends. Car si Hearthstone semble son concurrent principal, nous allons voir que Hex : Shards of Fate, se montre nettement plus complet et ambitieux. Et pour cause, Hearthstone se veut grand public et simple d’accès, tandis que Hex TCG sera un pur jeu de cartes à collectionner. Nous allons donc vous présenter tout son potentiel à travers ce test complet.

« Avant, seuls les élus avaient le pouvoir de maîtriser la magie… »

Première chose surprenante et pour le moins intéressant, Hex : Shards of Fate propose un scénario plutôt bien étoffé. Pour faire court, nous allons évoluer dans le monde d’Entrath, habité par tout un tas de créatures extraordinaires. Rien d’inattendu ne se passait, si ce n’est les quelques disputes diplomatiques que nous connaissons tous. Par ailleurs, la magie se faisait très rare, et seuls quelques élus avaient le pouvoir de la maîtriser. Un beau jour, une météorite, Hex, est passée au travers de la planète : c’est à ce moment que tout a changé. Deux volcans sont ainsi nés, et ont répandu des gemmes sur toute la surface d’Entrath. Si ces gemmes paraissaient de simples pierres, il s’avéra qu’elles avaient le pouvoir d’éveiller la magie cachée en chaque être. Pour aller encore plus loin, elles ont le pouvoir de réveiller les morts, que les peuples ont rapidement nommés les Nécrotics. Le pouvoir de Hex a permis de créer de nouvelles races vivantes, et on ne sait pas encore quelles sont leurs motivations. Mais une chose est sûre, les Nécrotics ne semblent pas être là pour préserver la paix, mais pour plonger le monde d’Entrath dans une lutte sans merci. Ainsi, nous allons devoir nous joindre dans la bataille finale, et détruire cette étrange magie qui menace le monde. Comme on peut le voir, le scénario est donc bien construit, ce qui nous permet de bien comprendre contre quoi on va se battre.

Les règles de Hex : Shards of Fate sont un peu complexes, mais l'amusement est bien au rendez-vous !

Façonner un champion à son image

Maintenant que nous avons l’histoire en tête, nous allons pouvoir choisir notre faction. La bonne surprise est qu’on pourra aussi bien incarner les gentils qui défendront le monde, que les méchants qui souhaitent plus que tout son anéantissement. Pour chaque faction, on compte quatre races différentes : si les Humains seront alliés aux Elfes, aux Coyotles et aux Orcs (oui, vous avez bien lu), les méchants seront constitués des Nécrotics (morts-vivants), des Vennens (sortes d’araignées), des Nains et des Shin’Hare (ressemblant à des lapins maléfiques). Pour toutes ces races, on a un total de six classes pour un grand nombre de champions qui va tendre à augmenter au fil des mises à jour. Tout cela permet d’avoir un champion qui répondra parfaitement à vos besoins, sachant que ce choix sera très important, pour la simple et bonne raison qu’il va beaucoup influencer dans le gameplay. Notamment, il dispose d’une compétence spéciale, mais aura également une puissance de charge qui va influencer la main du joueur. Enfin, il sera associé à un genre de cartes, car tout comme Pokémon, on trouvera différents types, comme la nature, l’obscurité etc… Et c’est là que nous trouvons une partie de l’aspect MMORPG, car à mesure que vous gagnez de l’expérience, votre champion va gagner des niveaux. Son apparence va d’ailleurs évoluer à chaque fois, et on notera qu’à chaque palier de 10 niveaux, vous aurez la possibilité de débloquer un talent supplémentaire, ce qui témoigne encore de la personnalisation du champion et de la stratégie associée.

Les différents types de cartes

Cela étant élucidé, nous allons pouvoir commencer notre première partie, l’occasion pour nous de vous parler un peu des règles de base. Ces dernières sont nettement plus complètes qu’un Hearthstone, se rapprochant ainsi plus de Magic. Votre champion dispose en tout et pour tout de 20 points de vie, vous aurez à disposition un deck de 60 cartes minimum, et d’une main de 7 cartes. Comme on peut s’y attendre, le but sera de déposer des unités sur le plateau, sachant qu’elles auront un certain nombre de propriétés. Notamment, on pourra citer les points d’attaque et de défense, le coût en ressources, le seuil, les caractéristiques etc… Concrètement, pour jouer une créature, il faudra préalablement déposer des cartes ressources, sachant qu’on peut en jouer une par tour. A noter que le coût en ressources ne dépend pas du type, mais elles seront dépensées en fonction de la valeur indiquée sur la carte créature. Quant au seuil, il correspond au nombre de ressources minimum dépendant du type pour invoquer la créature. Si le système s’avère quelque peu compliqué à appréhender, on arrivera à le maîtriser assez rapidement, d’autant plus que cela permet d’offrir un côté stratégique très avancé. A côté de cela, on retrouve des cartes « constantes » et « artefacts », qu’on pourrait assimiler à des cartes magiques, conférant divers bonus à vos unités. Enfin, on aura la possibilité d’activer des cartes « action », traduisant en fait les ordres de votre champion à vos troupes. Comme on peut le voir, le contenu ne manque absolument pas, d’autant plus qu’on compte à l’heure où nous écrivons ces lignes pas moins de 700 cartes différentes !

Hex : Shards of Fate peut compter sur un large choix de cartes au design sensationnel !

Les cartes à la sauce MMORPG

Tout ceci n’est qu’une partie des règles de Hex : Shards of Fate, et ce qui va suivre est certainement ce qui fait son charme. Comme nous vous l’avons déjà dit, les règles de Hex TCG sont plus complexes qu’elles n’y paraissent au premier abord, puisqu’on distingue plusieurs fonctionnalités propres aux cartes. Par exemple, certaines cartes pourront évoluer passées un certain nombre de tour sur le terrain. D’un autre côté, on pourra ajouter des gemmes aux cartes, leurs conférant de nouvelles capacités. Notamment, ces gemmes auront le pouvoir de réduire le coût des cartes, ou encore d’améliorer les dégâts ou la défense. En tout cas, les gemmes ne sont pas permanentes, ce qui veut dire que vous pourrez changer celles attachées à une carte par d’autres. Pour finir, nous allons énoncer l’une des fonctionnalités les plus importantes, nommé le « double back ». Derrière ce nom austère se cache tout un tas d’informations propres à la carte, c’est-à-dire les succès accomplis, des statistiques en tout genre et surtout une barre d’expérience. Une fois qu’on a rempli la barre d’expérience, la carte va devenir dorée, et aura droit à des bonus non négligeables ! Tout cela montre une fois encore le côté MMORPG destiné aux cartes, ce qui accentue le côté stratégique ! Un véritable régal !

Le pouvoir de la stratégie

Comme on pouvait s’y attendre, la stratégie aura un rôle primordial pour remporter les duels. De base, nous avons droit à 4 decks préconçus, et nous remarquons que chacun a un style de jeu bien particulier. Si on prend l’exemple du deck des Shin’Hare, on aura la possibilité d’invoquer des créatures de faible puissance mais rapidement, et avec de nombreuses cartes magiques, on pourra booster leur attaque. Dans tous les cas, tout ceci n’est là que pour vous apprendre les bases, car le plus important sera évidemment de construire votre propre deck parmi les nombreuses cartes disponibles. L’idée est donc de réfléchir aux meilleures combinaisons de cartes « unités » avec des cartes magiques et des ressources. Ainsi, rien ne vous empêche de mélanger plusieurs genres, comme les Orcs avec les Humains. D’ailleurs, vous n’aurez aucune limitation dans la construction du deck, ce sera vraiment à vous de sélectionner celles que vous jugerez les plus en adéquation avec votre stratégie. Pour finir, en plus du mode classique, on trouvera des tournois (sachant que des prix d’envergure sont mis en jeu) et un mode draft fortement sympathique. Tout cela témoigne la volonté des développeurs de faire de Hex : Shards of Fate un titre e-sport de premier plan.

Le modèle économique est bien construit, ne créant aucun déséquilibre entre les joueurs.

Une campagne solo qui fait mouche !

Hex : Shards of Fate est un pur MMOJCC, car en plus des points énoncés, on retrouve bon nombre d’éléments propres aux MMORPG. Mis à part le mode PvP qui constituera le véritable intérêt du titre, on compte une campagne PvE des plus intéressantes, pour la simple et bonne raison qu’on distingue plusieurs fonctionnalités qu’on rencontre dans les jeux de rôle. Ainsi, que ce soit le système de donjons, de guildes, de loot ou encore de boss, tout a été pensé pour offrir aux joueurs une immersion totale. Mais comment cela fonctionne-t-il, me direz-vous ? C’est bien simple, pour chaque donjon, nous aurons des règles qui seront remaniées, afin d’adapter votre stratégie à différentes situations. Vos cartes pourront également être équipées d’un certain nombre d’items (une arme, une armure etc…), tout comme votre champion pourra évoluer grâce à un système de talents. En tout cas, la recette fonctionne parfaitement, car on prend un réel plaisir à passer les donjons, d’autant plus qu’il n’est pas rare de collaborer avec d’autres joueurs pour venir à bout des secteurs les plus compliqués.

Une finition exemplaire

Le dernier point à aborder concerne bien évidemment tout l’aspect technique de Hex : Shards of Fate. Au niveau des graphismes, le terrain de jeu est magnifique, mais ce sont surtout le design des cartes qui nous laissent sans voix. C’est bien simple, l’équipe artistique montre qu’elle maîtrise parfaitement son sujet, car que ce soit les ressources, les cartes magiques ou les unités, chacune bénéficie d’un style visuel exceptionnel. Pour clore ce test, il faut quand même que l’on vous parle du modèle économique. Comme d’habitude, nous aurons droit à deux monnaies différentes : l’or (que l’on obtient en faisant des combats) et le platine. Si l’or permet d’acheter des équipements, le platine sera nécessaire pour débloquer des boosters, des decks ou des tickets pour accéder aux tournois. Cette monnaie peut s’obtenir de deux manières : soit par son achat avec des euros, ou bien en faisant une conversion de votre or vers du platine. Une excellente idée, puisqu’on pourra accéder à l’ensemble du contenu sans limitation. Le platine sera donc la monnaie la plus importante, puisqu’elle servira aussi à déposer des cartes dans l’hôtel des ventes, et ainsi faire des échanges avec les joueurs du monde entier ! En cela, on a bien toutes les caractéristiques d’un pur jeu de cartes : l’achat de boosters pour compléter sa collection, l’échange avec les autres joueurs etc… Enfin, si jamais vous appréciez le jeu, un abonnement mensuel avec un prix très attractif est proposé. Dans tous les cas, chacun pourra avoir accès à tout le contenu, limitant ainsi l’aspect pay-to-win. En conclusion, Hex : Shards of Fate est sans aucun doute le MMOJCC par excellente, puisqu’il ne commet pas la moindre erreur !

Hex : Shards of Fate

L'avis de Asternosis

Rédacteur

avr. 19, 2015, 6:03 après-midi

Hex : Shards of Fate est sans aucun doute un TCG comme on les aime. Fort d’un contenu gargantuesque alors qu’il est à peine sorti, on retrouve toutes les fonctionnalités qui lui donnent un côté des plus attractifs. Notamment, on peut d’ores et déjà compter sur un scénario intéressant, avec une campagne PvE proposant bon nombres d’éléments propres aux MMORPG. Une chose qui est d’autant plus rare dans les TCG ! Mis à part cela, le modèle économique a été bien adapté, car l’ensemble du contenu pourra être accessible, ce qui évite tout déséquilibre entre les joueurs. Mis à part cela, on retrouve donc un large choix de cartes, avec lesquelles on pourra construire une stratégie unique. En effet, avec la personnalisation avancée des cartes, il est rare d’avoir deux joueurs disposant de la même stratégie. On peut également compter sur des graphismes et des animations de bonne facture, et notamment un design des cartes qui fait l’unanimité. Bref, si jamais vous n’appréciez pas Hearthstone pour son aspect trop simpliste (car il est destiné à un très large public), Hex : Shards of Fate se veut comme un pur TCG, et se classe sans le moindre doute parmi les meilleurs free-to-play disponibles à ce jour. A essayer les yeux fermés !

  • Un scénario bien construit
  • La personnalisation de son champion
  • Les règles du jeu très bien ficelées
  • Les nombreuses fonctionnalités associées aux cartes
  • Le design des cartes exemplaire
  • Un modèle économique bien conçu
  • Echanger ses cartes avec les joueurs du monde entier
  • Un énorme contenu, avec du PvP et du PvE (à la sauce MMORPG)
  • Absolument rien

Commentaires

comments powered by Disqus