Information sur le jeu

Type : pc

Categorie : action

Version : Française

Editeur : Square Enix

Développeur : Psyonix

Config minimum :OS : Windows XP SP3 ; Processeur : 2,0 Ghz RAM : 2 Go ; Carte vidéo : Nvidia 8800 ou ATI 2900 ; Disque dur : 1,5 Go

Config conseillée :OS : Windows 7 ou supérieur ; Processeur : 2.0 + GHz multi-core RAM : 8 Go ; Carte vidéo : Nvidia série 260 ou ATI 5850 ; Disque dur : 4 Go

Partager ce test

Retour à la liste des tests  

> lecture test

Posté, le 2 avril 2015 à 20:10

Test du jeu free-to-play : Nosgoth

Outre les zombies qui ne cessent de revenir en masse, il existe d’autres créatures tout aussi redoutables, dont leur ultime souhait est de se désaltérer avec votre sang. Vous l’avez bien compris, nous parlons bien sûr des vampires. Ainsi, nous allons vous présenter Nosgoth, un jeu free-to-play massivement multijoueurs basé sur la série Legacy of Kain. Il faut dire que cet opus fut pour le moins inattendu, les fans de la saga pensant retrouver un tout nouveau jeu d’aventure. Mais Square-Enix a décidé de s’orienter vers un genre plus « bourrin » : le TPS. Un pari pour le moins risqué, puisque les joueurs rechignent déjà à l’idée de l’essayer. Pourtant, il semble que tous les ingrédients sont présents pour les satisfaire, puisqu’on évolue dans le monde de Nosgoth, et qu’on pourra aussi bien choisir d’être un vampire ou un humain. Maintenant, la question est de savoir si l’univers est correctement exploité. Car les FPS/TPS, il y en a en masse à ce jour, dont certains sont de véritables perles. On va donc tenter d’élucider à travers ce test cette interrogation.

Les humains fassent aux vampires

Le scénario est-il important dans un TPS ? Bien entendu, puisqu’il est nécessaire de savoir pourquoi on affronte tel ou tel ennemi. Pour faire simple, les hommes combattent depuis des lustres pour éradiquer la race des vampires, ces derniers souhaitant avoir la mainmise sur le monde. Mais les humains ne s’attendaient pas à combattre le vampire Kain, grand maître dans son domaine, et a repoussé les humains dans les montagnes et les forêts de Nosgoth. Kain disparu, laissant son nouvel empire aux mains de ses cinq lieutenants. Ces derniers ne purent se mettre d’accord, et pendant qu’ils se battaient, les humains ont repris des forces, reconstruisant des centres d’entrainements et maniant de nouveaux les armes. Le combat est maintenant imminent, les vampires vont devoir retravailler ensemble pour contrer l’armée humaine, qui va tenter de reprendre ce qui leur revient de droit. Un scénario très simple en soi, mais qui a le mérite d’être clair, en plus d’être intéressant. En effet, il est déjà rare de voir les vampires dans un jeu, mais il est d’autant plus impensable que les joueurs puissent incarner ces créatures du mal.

L'ambiance est particulièrement sombre. Attention, un vampire pourra sauter sur vous à n'importe quel moment.

Trois classes bien originales par race

Après installation du client, nous allons commencer notre première session de jeu, où deux factions nous attendent. Vous l’avez deviné, on pourra aussi bien s’orienter vers les humains que les vampires. Ce choix sera très important, puisque la race aura un style particulier. En effet, les vampires seront plus rapides, pourront esquiver les coups plus aisément, et seront extrêmement puissants en combat de mêlée. Quant aux humains, ils se jouent de façon plus classique, et semblent plus équilibrés dans leurs statistiques. Mais ce sont surtout les classes qui auront une importance dans le gameplay, sachant qu’on en compte cinq par race. D’ailleurs, celles-ci se montrent bien plus originales, puisque pour les humains, on aura le choix entre l’Eclaireur, l’Alchimiste, le Chasseur, le Prophète et le Gardien. Pour le premier cité, vous saurez manier l’arc et les flèches comme personne, tandis que l’Alchimiste aura le pouvoir de créer des cocktails explosifs et d’avoir des potions de transformation. Ensuite, le Chasseur sera toujours au cœur de la bataille, prêt à en découdre avec ses armes de pointes. Pour ce qui est du Prophète, il aura la particularité d’utiliser les fluides vitaux comme une arme. Enfin, le Gardien sera un guerrier endurci, capable de faire face à de nombreux dégâts. Du côté des vampires, on aura le choix entre le Saccageur (qui sera très furtif) ; le Tyran (véritable guerrier de mêlée) ; la Sentinelle (où on aura la capacité de voler pour attaquer les ennemis par surprise) ; le Mystificateur (utilisant notamment la magie) ; et enfin le Nécromancien (disposant de nombreux sorts de destruction et de protection). Bref, il semble bien que chaque classe soit intéressante à jouer.

La principale faiblesse de Nosgoth : le peu de modes de jeu

Maintenant que nous en savons plus sur les différents protagonistes, il est temps de lancer notre première partie. La particularité de Nosgoth est qu’il vous demandera de maitriser correctement les deux factions. En effet, alors que vous allez tantôt débuter en tant qu’humain (ou vampire), vous devrez à la fin de la première manche contrôler la faction opposée. Intéressant, dans le sens où cela permet de varier les plaisirs, mais aussi et surtout le fait de devoir maîtriser plusieurs classes.

Visuellement parlant, Nosgoth s'en tire avec les honneurs !

Concrètement, les affrontements se déroulent entre deux équipes de quatre joueurs pour ce qui est du mode Deathmatch, qui se montre pour le coup très classique. A noter que vous serez affecté à une équipe de manière totalement aléatoire. Bien sûr, ce n’est pas le seul mode de jeu, puisqu’on a aussi droit à un mode « capture de points », et un mode nommé Siège, consistant simplement en un mode Deathmatch, à la différence de devoir capturer des objectifs. Mais pour l’heure, c’est à peu près tout ce qu’on trouve dans Nosgoth, et c’est d’ailleurs son principal souci. Toutefois, les développeurs ont clairement indiqué, suite à un engouement certain de leur titre depuis son lancement, de développer de nouveaux modes, mais aussi de nouvelles cartes. On peut dès lors penser que le jeu a un avenir des plus prometteurs, étant donné que le studio lui accorde une grande confiance.

Vous devrez maîtriser aussi bien les capacités humaines que l’art d’être un vampire !

Nous allons maintenant vous présenter le gameplay de chacune des deux factions, car vous allez voir qu’elles n’ont absolument pas grand-chose à voir. Pour ce qui est des humains, vous devrez à tout prix attaquer à distance, car vous n’êtes pas sans avoir que les vampires sont assoiffés par leur sang. Ainsi, on peut voir à partir de là que les humains tenteront avant tout de se défendre face aux attaques vampiriques. Alors certes, on est aussi capable de se battre au corps à corps, mais force est de constater que les vampires auront un avantage majeur dans ce domaine. Pour remporter la manche, la meilleure façon est de rester avec ses trois coéquipiers, car les classes se complètent particulièrement bien. Le but ici est donc de regarder sur tous les côtés, et de tirer dès qu’une cible montre ses dents. C’est bien l’inverse qui prévaut chez nos amis les vampires. En effet, on pourrait résumer la faction en deux termes : le corps-à-corps et la furtivité. Contrairement aux humains, il faudra vraiment s’approcher d’eux pour les attaquer, ne disposant pas d’attaques à distance. Mais cette faction est bien plus fun à jouer, puisque la liberté de mouvement est bien mise en avant : on se croirait presque dans un Assassin’s Creed ! L’idée pour gagner est de lancer des attaques surprises et coordonnées avec les autres membres de l’équipe. Bref, avec deux possibilités de gameplay qui change du tout au tout, Nosgoth se montre clairement à la hauteur de nos attentes !

Les vampires seront libres de leurs mouvements. Ils pourront facilement escalader les hauteurs !

Techniquement bien fichu !

Parlons maintenant du côté technique du jeu, en commençant bien sûr par les graphismes. Les captures d’écran parlent d’elles-mêmes, les environnements sont d’excellentes factures : on retrouve de nombreux détails, et l’équipe artistique a pris soin de reprendre un grand nombre d’éléments déjà présents dans la saga Legacy of Kain. Notamment, l’ambiance se veut particulièrement sombre et expose avec brio l’univers dans lequel on va évoluer. A noter que pour l’heure, nous n’avons que peu de maps, mais cela devrait être rapidement corrigé également. Elles sont d’ailleurs suffisamment grandes pour passer d’excellents moments, en plus d’être variées. Le titre semble dans tous les cas très bien optimisé, puisque la fluidité est évidente, sans oublier qu’il arrive à tourner sur des configurations modestes, lui offrant ainsi un très large public. Toujours du côté des bons points, le matchmaking fait très bien son boulot, puisqu’on trouve en moyenne une partie avec des joueurs de même niveau en moins de dix secondes, ce qui est excellent !

Pour terminer, on ne peut passer à côté du modèle économique adopté. Véritable free-to-play ou pay-to-win ? Pour l’heure, la boutique offre quelques armes, des skins supplémentaires pour personnaliser votre avatar, ou encore des boosts d’expérience ou d’argent. Dans tous les cas, cela n’entrave en aucun cas le joueur ne dépensant pas le moindre centime, pour la simple et bonne raison qu’on pourra acquérir l’ensemble des items avec la monnaie du jeu, d’autant plus que les prix pratiqués sont relativement raisonnables. Pour conclure, on peut donc dire que Nosgoth est une très bonne pioche, car s’il reste très classique, la possibilité d’avoir deux façons de jouer dans un univers bien sombre, dans un style aussi proche d’un MOBA, d’un jeu d’action et d’un TPS nous émerveille au plus haut point !

Nosgoth

L'avis de Asternosis

Rédacteur

avr. 2, 2015, 8:10 après-midi

Nosgoth est un jeu d’action massivement mutijoueurs particulièrement sympathique. Car s’il ne propose que peu de modes de jeu, on est totalement séduit par le fait de devoir manier un double gameplay, surtout que les styles de jeu sont très funs à utiliser. Ajoutons à cela cinq classes par faction, ce qui permet à chaque joueur de trouver assez aisément son propre style. Si vous jouez avec des amis, le tout sera encore plus fun, puisqu’il est vivement conseillé de rester continuellement en groupe. En fait, Nosgoth est un excellent titre, où seul son contenu lui fait défaut. Mais ce point sera très rapidement corriger, selon les dires des développeurs. Nous en avons d’ailleurs des preuves, puisqu’entre sa phase de bêta précédente et l’heure actuelle, nous avons vu l’arrivée d’un nouveau mode de jeu et de quatre classes supplémentaires, sans oublier une map inédite. Et pour les fans de e-sport, vous devriez être aux anges, puisqu’il semble évident que Nosgoth a toutes les cordes à son arc pour devenir l’une des grandes références de cette pratique. Nous vous conseillons donc de l’essayer (après avoir déposé un collier d’oignon autour de votre cou, sait-on jamais !)

  • Deux gameplay fort sympathiques
  • Cinq classes délirantes par faction
  • Un jeu qui allie le TPS, le MOBA. L’action est au rendez-vous !
  • Très proche graphiquement et bien optimisé
  • Seulement trois modes de jeu…
  • Peu de maps à l’heure actuelle

Commentaires

comments powered by Disqus